Le coaching dans une transmission familiale d’entreprise

Le coaching dans une transmission familiale d’entreprise

Une entreprise, c’est un peu comme une galaxie. En effet, on peut penser l’entreprise comme un  ensemble d’éléments plus ou moins disparates qui gravitent autour d’un même astre. Cet astre peut être le chef d’entreprise, des cadres et salariés clés, les valeurs de l’entreprise, l’objectif commun poursuivi… ou tout ça à la fois ! Quoi qu’il en soit tout ce système fonctionne, s’équilibre et se rééquilibre constamment en fonction, notamment, de cet élément clé. Dans une entreprise familiale, quand vient le temps de la succession, du passage de flambeau, ce système peut être mis à rude épreuve. En effet, en modifiant un ou plusieurs éléments du noyau central, l’ensemble du système va subir un déséquilibre. L’enjeu de la transmission n’est d’ailleurs pas qu’il n’y ait pas de déséquilibre mais plutôt de retrouver un nouveau point d’équilibre. Une nouvelle stabilité intérieure. A cet effet, le coaching dans une transmission familiale d’entreprise peut se révéler très précieux.

Prendre sa place dans une transmission familiale

Depuis plusieurs années, j’accompagne une PME familiale en coaching d’organisation soit sur la dimension stratégique. D’ici quelques mois, la direction de l’entreprise sera confiée aux enfants du dirigeant actuel. Et ils préparent cette transmission tout en douceur. Afin de faciliter cette transmission, j’accompagne depuis plusieurs mois un des futurs dirigeants,

L’objectif de ce coaching est de l’accompagner à prendre sa place dans cette transmission familiale d’entreprise. Concrètement, nous travaillons sur son positionnement et sur sa posture de dirigeant. Il s’agit de travailler tout autant sur sa prise de confiance que sur sa façon d’intervenir dans les prises de décisions. Nous consacrons environ une heure par mois à des échanges en partant de cas pratiques et de questionnements qu’il peut rencontrer dans l’entreprise et lors de sa formation sur 23 mois au métier de dirigeant . Mon rôle ici est vraiment d’être le tiers ouvrant. J’apporte un regard extérieur, tout en connaissant l’entreprise puisque je travaille également avec son CODIR. Et, ce faisant, je l’aide à adopter un regard global. Mais aussi à objectiver les situations.

Importance de la réflexion globale : accompagner sur l’ensemble des dimensions essentielles

Parallèlement à l’accompagnement d’un futur dirigeant, l’entreprise en question est accompagnée sur d’autres dimensions. En effet, une personne s’occupe de l’accompagnement juridique et fiscal de cette transmission. Un autre intervenant se charge de la réorganisation avec les salariés.

C’est grâce à cet accompagnement global que nous avons pu identifier suffisamment tôt des points d’achoppement possibles. Et donc, travailler spécifiquement sur ces points pour mettre en place des solutions permettant d’anticiper et de réduire l’onde de choc qu’une transmission peut produire.

Cet accompagnement global sur plusieurs mois est aussi une garantie de succès de cette transmission.

Même s’il y a toujours des invariants et des points communs dans une transmission, chaque situation est différente puisque chaque entreprise possède des spécificités. Tout comme il existe des milliers de galaxies dans l’univers, il existe des milliers de façons de mettre en place une transmission d’entreprise.

Prévoir de se faire accompagner et coacher dans cette étape est cependant crucial.

Si vous êtes dans cette situation, contactez-moi.

Nous étudierons ensemble les formules de coaching les plus adaptées.

Prendre conscience de l’emballement de ses pensées

Prendre conscience de l’emballement de ses pensées

« C’est le plus grand monstre de tous les temps… ». C’est ainsi que commence une des conférences de Serge Marquis, médecin canadien spécialisé dans les questions de stress au travail et d’épuisement professionnel. Le monstre dont il parle là, c’est celui qu’il appelle affectueusement « Pensouillard le hamster ». Pensouillard le hamster, c’est le titre d’un de ses nombreux livres à succès. Mais c’est aussi et surtout le fameux hamster qui court dans notre tête en permanence. Celui qui, toujours selon Serge Marquis « (…) est à l’origine d’une majorité des souffrances inutiles que l’on s’inflige à soi-même et que l’on s’inflige les uns aux autres. »

On a tous un petit hamster dans notre tête

Derrière le hamster, en réalité on trouve l’égo ou plutôt « l’activité égoïque », terme que Serge Marquis préfère employer pour bien rappeler qu’il s’agit d’une activité cérébrale.

Concrètement, le hamster dans sa roue, ce sont toutes les pensées qui tournent et retournent dans notre tête. Constamment. Celles qui nous tiennent éveillés au milieu de la nuit, celles qui nous font repasser notre journée à l’envers en se disant « j’aurais dû dire ou faire ceci ou cela », « je n’ai pas été à la hauteur », « j’ai foiré mon entretien annuel » ou « je vais foirer mon entretien annuel », « je n’y arriverai jamais… », « X est tellement meilleur que moi.. » ou « Je mérite tellement plus cette promotion que X… »

On a tous un petit hamster dans notre tête. Qui nous pourrit plus ou moins la vie. Selon comment on a conscience de sa présence et, surtout, selon si on pense pouvoir l’apaiser ou pas.

Serge Marquis va au-delà de la description du phénomène puisqu’il propose des pistes d’action pour calmer le hamster. En effet, selon lui, nous avons tous les moyens d’agir sur l’emballement de notre activité cérébrale en faisant appel à un processus que nous avons tous en nous : la vigilance.

Comment calmer le hamster dans sa roue ?

Grâce à la vigilance, nous pouvons d’abord identifier le phénomène : « j’ai conscience du hamster ». Nous pouvons ensuite calmer le hamster « Ola mais ces pensées ne représentent pas la réalité, ce sont mes pensées et jugements sur les évènements, pas les évènements en tant que tels ».

Et, enfin, étape la plus importante du processus, nous devons placer notre attention sur le présent. Être dans le moment présent. Serge Marquis appelle ce processus salutaire pour notre santé mentale « la décroissance personnelle ».

Pour lui, « L’attention ne peut pas être à deux places en même temps » et l’enjeu est vraiment là. Si nous sommes accaparés par nos pensées, nous ne sommes plus en mesure d’être attentifs à ce qui se passe là, maintenant pour nous. Alors que c’est la seule chose qui existe réellement, «ce spectacle de la vie ».

Et je le constate très régulièrement : de nombreuses souffrances au travail, de nombreux dysfonctionnements dans les entreprises ont pour origine l’emballement de nos pensées.

Au cours de mes accompagnements, je parle donc très régulièrement de Serge Marquis et de Pensouillard le hamster 😉.  Je conseille vivement de lire ses livres mais aussi de regarder et écouter ses conférences : c’est un régal !

Envie de travailler sur cette question avec moi ?

Contactez-moi et discutons-en !

Interruptions partout… Concentration nulle part ?

Interruptions partout… Concentration nulle part ?

S’il y a bien un sujet d’importance en ce moment (et depuis quelques temps déjà…) pour les entreprises au sein desquelles j’interviens, c’est la gestion du temps. Et plus spécifiquement la façon dont chacun parvient à gérer les interruptions. Parce qu’elles sont nombreuses, multiples et…insidieuses. Et qu’elles viennent éroder largement la capacité de concentration des salariés.

Réduction du temps disponible pour les tâches de fond

De nombreux salariés se retrouvent à gérer davantage d’opérationnel que de tâches de fond, pourtant essentielles au bon fonctionnement (et développement !) de l’entreprise, quelle que soit sa taille.

Pour mémoire, ce sont en moyenne 144 e-mails par semaine (évaluation sous-estimée d’après moi 😊) qui sont gérés par chaque salarié. A ces mails s’ajoutent, en vrac et de façon intempestive : les messages instantanés (Teams, What’s App, SMS…), le téléphone, les notifications d’agendas ou encore les interruptions non désirées des collègues…

Pour reprendre l’image popularisée par la vidéo de ce professeur d’université invitant ses élèves à se questionner sur les choses que nous priorisons dans la vie à l’aide d’un bocal, de balles de golfs, de cailloux et de sable, nous avons en effet tendance à commencer par remplir notre bocal avec du sable. Or, si nous commençons par le sable, il n’y aura plus de place pour le reste : les tâches importantes, celles qui ont plus de valeur. Notamment sur le long terme.

Au contraire, si nous commençons par remplir le bocal avec les balles de golf (qui symbolisent les choses importantes), il y aura toujours de la place pour le sable qui à la capacité de se glisser dans les interstices.

Vous me direz peut-être :

— Ok, on est d’accord mais c’est plus facile à dire qu’à faire, comment on fait alors qu’on est tous happés et rattrapés par les entrants, de plus en plus présents ?

Et vous aurez raison ! En effet, je ne dis pas que c’est facile de s’y retrouver et de s’organiser pour mieux gérer son temps.

Pensons au desk bombing par exemple, cette tendance fâcheuse qu’ont certains de nos collègues de bureau à nous interrompre au mauvais moment. Ils viennent nous couper dans une tâche nécessitant de la concentration pour nous parler d’un dossier (au mieux). Ou nous demander une chose insignifiante (beaucoup trop souvent 😉).

Comment réagir dans ces cas-là, alors que l’on sait que ces interruptions font aussi partie des interactions sociales nécessaires à l’équilibre dans le travail ?

Quelques pistes pour limiter l’impact des perturbateurs d’attention et améliorer sa gestion du temps

On peut considérer que la plupart des perturbateurs d’attention sont extérieurs à nous et que, de fait, nous n’avons pas de prise sur eux.

Mais, ça serait occulter notre capacité à reprendre la main sur notre façon de gérer notre temps de travail, retrouver du temps choisi.

Plusieurs pistes sont en effet à explorer pour limiter les interruptions importunes.

S’autoriser

La première clé que je peux partager pour une meilleure gestion du temps est une clé d’action individuelle qui repose sur un mot : l’autorisation.

Il est en effet possible de s’autoriser, à titre individuel, à différer certaines interruptions.

Très pratiquement, il pourra être utile pour faciliter cela de :

  • désactiver les notifications sur son téléphone
  • décider de ne consulter sa boite mail qu’un petit nombre de fois par jour
  • réserver des créneaux de travail personnel pour les tâches de fond sur son agenda et de suspendre sur sa porte un petit panneau à l’attention des collègues (cf. Illustration 😊)

Mettre en place des règles communes

La deuxième clé est plus globale et concerne l’entreprise et son fonctionnement. J’ai en effet accompagné plusieurs entreprises ayant mis en place des règles communes relatives aux usages des moyens de communication. L’élaboration et l’application de bonnes pratiques en la matière au sein de l’entreprise est en général très efficace. Surtout si elles ont été rédigées en concertation avec l’ensemble des personnes concernées.

Se faire accompagner

Il est parfois difficile, quand on a la tête dans le guidon, de voir ce qu’il est possible de changer. Puis-je vraiment ne pas consulter mes mails durant mes congés ? Comment vais-je faire à mon retour pour gérer les centaines de messages accumulés ? Et si il y avait une urgence ?

Seul, on peut être vite dépassé par l’ampleur de la tâche alors qu’il suffit parfois d’un regard extérieur et d’outils simples et efficaces, pour pouvoir modifier sa façon de travailler. Et parvenir à une meilleur gestion du temps.

L’accompagnement en coaching est possible en individuel ou en entreprise. D’expérience, je peux affirmer que les équipes ayant bénéficié de coaching en ont tiré de nombreux bénéfices dans leur façon de travailler et d’interagir. Elles ont repris la main sur leur temps pour privilégier les tâches à forte valeur ajoutée. L’équilibre à trouver dépend de nombreux facteurs et l’aborder au niveau de l’entreprise est une très bonne façon de le faire.

La limitation de l’infobésité, une réflexion globale sur les usages de moyens de communication internes sont de vrais enjeux pour les organisations.

Si vous souhaitez comprendre votre relation au temps, et être acteur de votre temps en améliorant vos capacités de concentration, contactez-moi et parlons-en !

Quelques références :

  • Un service comptabilité d’une entreprise de négoce ( réorganisation du service )
  • Les cadres dirigeants d’un producteur de vin (réflexion globale sur les usages et sur l’amélioration des pratiques)
  • La charge mentale : sujets abordés lors de nombreux coachings individuels
Pour réussir, agissez sur ce que vous contrôlez et influencez

Pour réussir, agissez sur ce que vous contrôlez et influencez

Souvent, en séance de coachings individuels, les coachés me partagent leurs préoccupations en lien étroit avec leur charge mentale et leur «carte du monde ». Il peut s’agir du manque d’engagement ou de la non motivation d’un collaborateur, des injonctions de réussite et de performance, de leurs désaccords, de la complexité des changements, de leurs peurs… Et c’est normal puisque nous avons tous des préoccupations ! Ce qui va faire la différence c’est ce que l’on en fait 😊 Pour avancer, avez-vous pensé à vous inspirer de la théorie des cercles de Covey de Stephen Covey ?

Les cercles de Covey : remettre de l’ordre dans ses préoccupations, focaliser son énergie et son temps positivement.

Homme d’affaires et professeur à l’Université d’Etat de l’Utah, Stephen Covey est particulièrement connu pour son best-seller « Les sept habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent ».

C’est dans cet ouvrage de développement personnel qu’il expose sa théorie des trois cercles.

Stephen Covey y décrit la manière dont nous utilisons notre temps et notre énergie. Pour lui elle peut être représentée par trois cercles :

  • Le premier cercle (le plus grand) englobe tout ce qui occupe, à un moment où à un autre, notre cerveau. C’est le cercle de nos préoccupations professionnelles et personnelles.  Ces préoccupations sont :
    • soit des préoccupations « générales » sur lesquelles nous ne pouvons pas agir (la météo, les situations géopolitiques, les décisions stratégiques de l’entreprise…). Pour  ma part, j’adore les mettre dans ma « poubelle mentale « 😉
    • soit des préoccupations sur lesquelles nous avons un pouvoir d’action en influence ou en contrôle
  • Le deuxième cercle est le cercle d’influence, je le nomme aussi le cercle de la pro-activité, le cercle du « oser ».   On va pouvoir bouger les lignes en se demandant si on peut agir sur le sujet qui occupe notre esprit et donc influencer l’action en partie ou totalement. Ce questionnement peut se faire sous la forme de question simple :
    • « Ai-je envie de mettre mon énergie sur les choses sur lesquelles je peux avoir un impact et une influence ? »

ou

    • « Sur quoi puis-je agir et avoir de l’impact ? »
  • Le troisième cercle est le cercle de contrôle : tout ce que nous contrôlons nous-mêmes : nos mots, nos comportements, nos décisions, nos efforts, notre écoute, nos relations…

Selon Stephen Covey, les personnes proactives sont celles qui vont se concentrer sur leur cercle de contrôle et d’influence. Ce faisant, elles font mécaniquement diminuer leur cercle de préoccupations.

A l’inverse, les personnes réactives se laissent envahir par les évènements extérieurs. Leur humeur est ainsi déterminée par des choses qu’elles ne peuvent pas contrôler. Leur cercle des préoccupations occupe une place très importante dans leur vie, au détriment de leur cercle de contrôle et donc d’influence.

Agir sur son cercle de contrôle pour faire évoluer les situations

Pour agrandir son cercle d’influence, Stephen Covey invite à agir sur son cercle de contrôle de plusieurs manières :

  • Travailler sur soi et sa façon de voir le monde.

Pour élargir son cercle d’influence, il est primordial d’identifier ce qui est important pour soi afin d’identifier son but, sa mission.

  • Questionner ses pensée limitantes.
  • Prendre de petits engagements… et les tenir
  • Développer sa capacité d’écoute et de compréhension de l’autre

« La plupart des gens n’écoutent pas avec l’intention de comprendre ; ils écoutent avec l’intention de répondre ». Stephen Covey

  • Développer ses interactions sociales : agir sur l’interdépendance

Parce que les solutions trouvées à plusieurs sont souvent plus riches et créatives que ses propres solutions. S’entourer, écouter les propositions de son équipe et de son entourage permettront d’élargir son cercle d’influence.

  • Apprendre… toujours
  • Accepter de se tromper et réparer ses erreurs !

Mettre en pratique la théorie des cercles de Covey

Pour avancer, je propose souvent de réaliser ce petit exercice pratique :

  • Dessiner les 3 cercles
  • Identifier toutes vos préoccupations et les noter dans le cercle des préoccupations
  • Dessiner votre poubelle mentale
  • Pour chaque préoccupation, vous poser la question : puis-je agir ? quelle action en influence ou en contrôle puis-je mettre en place ?
    • Si oui :  vous notez l’action dans le cercle d’influence ou de contrôle
    • Si non, notez la dans votre poubelle mentale !

Après avoir déterminé les éléments que vous pouvez modifier directement, le cercle d’influence et de contrôle pourront se dessiner de nouveau et, avec ce dernier, les actions qui pourront se mettre en place pour l’élargir.

Je conseille de faire cet exercice pour soi-même mais aussi avec son équipe !

Il permet de « vider la tête », de mettre à plat nos préoccupations et d’orienter l’énergie sur les actions et non sur les ruminations.

En outre, il est possible et même probable que vos collaborateurs aient des idées créatives à des problèmes qui vous semblent insolubles !

Envie de mettre en place des solutions pragmatiques pour résoudre vos préoccupations ?

Contactez-moi et discutons-en !

Répondre… ou réagir ?

Répondre… ou réagir ?

Et si nous profitions du calme (relatif 😉) de l’été pour prendre un peu de recul sur nos pratiques et essayer de les faire évoluer ?  J’aime beaucoup la chronique « Répondre ou réagir », qui fait partie de la série « Trois minutes pour méditer » de Christophe André.

Dans cette petite chronique, Christophe André fait la distinction entre répondre et réagir.

Distinguer la réponse de la réaction

Ainsi, pour lui, « réagir c’est se comporter comme une bestiole, un chien de Pavlov. On me stimule. Je réagis. Alors que répondre c’est prendre le temps d’examiner ce qui se passe, de comprendre et de décider quelle est la meilleure attitude à adopter ».

Notre société promeut davantage la réactivité, on le sait…

Et, nous sommes d’ailleurs plus enclins à être dans la réaction, plus facile, plus rapide, que dans la réponse.

Nous sommes hyper-connectés, hyper-sollicités, et hyper-réactifs, comme en témoignent les chiffres clés de l’observatoire de l’infobésité.

  • 144 e-mails par semaine sont gérés par les salariés
  • 52% des e-mails ont une réponse en moins d’une heure !
  • 31% des salariés envoient des mails après 20h plus de 50 soirs par an.

En d’autres termes, nous sommes happés par l’opérationnel, au détriment des actions de fond qui demandent du temps, certes, mais qui sont surtout davantage productives et valorisantes.

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de faire évoluer tout ça 😊

Faire évoluer nos comportements

Face à une situation, nous pouvons commencer par nous poser cette question toute simple : « Suis-je dans la réponse ou dans la réaction ? » , ou comme, le préconise Christophe André, demandons-nous simplement :

« Suis-je obligé de répondre tout de suite à ce mail, ce SMS, ce coup de téléphone ? » 

Quand on se pose vraiment la question, la réponse est bien souvent non. 

Il est fréquemment possible de prendre du temps pour répondre. 

Et d’agir à son niveau, pour ne pas entretenir une culture de la réaction.

Pour ma part, et malgré les contraintes fortes de la société et la pression à laquelle nous sommes tous plus ou moins soumis, je pense que c’est possible. 

Je pense que nous avons encore un (petit ?) espace de liberté à préserver 😉

Et vous, qu’en pensez-vous ?  Répondre ou réagir, dans quelle situation vous trouvez-vous le plus fréquemment ?

Contactez-moi et discutons-en !